URML Normandie

Pour une meilleure experience utilisateur
veuillez tourner votre smartphone

Actu / MONKEYPOX - Recommandations
Actu / MONKEYPOX -...
Toute l'actu

MONKEYPOX – Recommandations

Toute l'actu

Publié le 10 juin 2022

Plusieurs cas d’infections autochtones à Monkeypox (MKP) ont récemment été signalés dans plusieurs pays d’Europe, par le Royaume-Uni, le Portugal, l’Espagne et la Suède, notamment chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH).

Des cas suspects sont en cours d’investigation dans de nombreux pays. Il s’agit d’un phénomène inhabituel. Plusieurs cas ont désormais été confirmés sur le territoire national.






Ces informations peuvent évoluer dans le contexte d’émergence actuel. Nous vous recommandons de consulter régulièrement ces pages.

Les mesures de précautions standards complétées par les précautions contact (port de gants lors de l’examen des lésions) et les mesures déjà en place pour la Covid (port du masque chirurgical ou FFP2, utilisation de SHA, bionettoyage) sont suffisantes pour prévenir la contamination du soignant et de l’environnement.

La pathologie évolue le plus souvent favorablement en 2 à 3 semaines avec un traitement symptomatique et une prise en charge ambulatoire.

Le patient devra rester en isolement jusqu’à la chute des croûtes.
Cependant des formes graves (atteinte pulmonaire ou encéphalite) ne sont pas exclues en particulier pour les patients immunodéprimés et les enfants.

Les contacts à risque ne nécessitent pas d’isolement. Une vaccination peut leur être proposée sous certaines conditions après évaluation avec un infectiologue et l’ARS Normandie.

Nous vous rappelons les points indispensables suivant :

  • Toute suspicion doit conduire à un appel au SAMU centre 15 avant toute action. L’astreinte d’infectiologie ne doit pas être appelée directement.
  • Aucun prélèvement à visée diagnostique pour le Monkeypox ne doit être réalisé avant cet appel.
  • Pour information la vaccination est organisé par les infectiologues de l’ESR REB situé à Rouen (établissement de santé de référence risque épidémique et biologique) après une enquête réalisée par l’ARS à la recherche des cas contact à risque. Seul l’ESR dispose de vaccins et délivre les doses au cas par cas lorsqu’une indication de vaccination est retenue.