URML Normandie

Pour une meilleure experience utilisateur
veuillez tourner votre smartphone

Situation sanitaire
Situation sanitaire
Toutes les actions

Situation sanitaire

CORONAVIRUS
COVID-19

Le 22 juin 2020

En Normandie, un point de situation est réalisé quotidiennement par l’ARS Normandie concernant les données d’activité concernant la diffusion du COVID-19 dans la région.

De nouveaux clusters identifiés en Normandie

Depuis le milieu de semaine, de nouveaux clusters ont été identifiés en Normandie :

  •  Un cluster familial sur la commune de Belbeuf (Seine-Maritime) : il concerne 13 cas confirmés répartis dans 3 foyers et 25 personnes contacts. Parmi les contacts, les 7 résultats connus sont négatifs, les autres sont en attente de résultat. Il n’y a pas de lien avec les clusters identifiés au sud de l’agglomération rouennaise.
  • En entreprise sur Fécamp (Seine-Maritime) : un cas confirmé de Covid-19 a été identifié dans une entreprise et 10 cas contacts à risque recensés et testés : 2 sont positifs, 4 sont négatifs, 4 sont en attente. Les autres salariés vont être également invités à se faire dépister.

Pour ces deux situations, les équipes de l’ARS et de l’Assurance maladie ont rapidement lancé les investigations nécessaires pour identifier les cas contacts, leur donner des consignes précises sur les mesures de précaution à respecter et leur proposer un test de dépistage. Toutes ces personnes sont actuellement isolées pour une durée minimale de 14 jours.

  • A l’EHPAD d’Argentan (Orne) : à la suite de la confirmation d’un cas chez un résident (qui s’est ensuite révélé être un faux positif), un dépistage systématique a été mise en œuvre au sein de l’établissement. Ce dépistage concerne 70 résidents et 52 professionnels et a permis d’identifier 4 cas positifs (2 personnels et 2 résidents). Des mesures ont été mises en place au sein de l’établissement. Un nouveau dépistage sera effectué à J+7.

Ces 3 situations s’ajoutent aux 5 regroupements de cas annoncés en début de semaine (cf. communiqué du 16 juin). Pour ces 5 clusters la situation est à ce jour la suivante :

  • dans les clusters familiaux : les enquêtes menées ont permis d’identifier 41 cas confirmés depuis le début du mois de juin. Les nouveaux cas positifs sont des contacts connus qui étaient isolés.
  • Au sein de l’EHPAD, 24 cas sont désormais recensés.

Cette situation reflète une circulation virale réelle, mais contrôlée, qui implique une vigilance accrue de la part de l’ensemble de la population. L’apparition de ces clusters doit nous inciter à respecter strictement les mesures barrières.

Une nouvelle évolution du nombre de reproduction effectif (R0)

Hier, jeudi 18 juin, le R0 dépassait le seuil de vigilance pour atteindre 1,14. Cette augmentation s’expliquait par la détection des 5 clusters du sud de l’agglomération rouennaise. Aujourd’hui, compte tenu des 3 nouveaux clusters identifiés en Normandie, le R0 est de 1,6 : il dépasse désormais le seuil d’alerte (fixé à 1,5). La région Normandie est donc classée en rouge pour ce seul indicateur. Ce classement ne concerne que cet indicateur : les 3 autres (taux d’incidence, tensions hospitalières, taux de positivité des tests RT-PCR) restent stables et au vert. La région demeure donc « verte » et ne nécessite pas de restrictions supplémentaires.

Restons vigilants

Afin d’éviter tout rebond épidémique et de limiter le risque de cas groupés, restons vigilants. Il faut redoubler de prudence et appliquer tous ensemble les gestes barrières, de bon sens et d’hygiène. Dans ce sens, la préfecture de Seine-Maritime va ainsi renforcer les contrôles dans les établissements recevant du public afin de s’assurer du respect des mesures de protection.

Il s’agit de repérer très précocement l’apparition de nouveaux cas, et en particulier de nouveaux cas groupés, pour contenir la circulation virale sur le territoire. Dans ce cadre, l’ARS Normandie, les préfectures et les collectivités ont décidé de mener plusieurs actions proactives de dépistage au Covid-19 pour faciliter l’accès aux tests. Des opérations spécifiques vont notamment être menées localement sur le territoire normand, comme actuellement à Petit-Quevilly et à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Les signes les plus classiques de la maladie sont la fièvre et la toux. Il est également possible de développer une diarrhée, un mal de tête, la perte de goût ou de l’odorat, des courbatures inhabituelles et des engelures au niveau des doigts.

Le déconfinement est engagé dans sa Phase 2 depuis le 2 juin. Il s’organise en surveillant tous les indicateurs pour vérifier, département par département, l’évolution de l’épidémie.
Ce déconfinement est basé sur une carte permettant de classer les départements :

  • en rouge : (circulation élevée du virus)
  • ou en vert (circulation limitée du virus).

Cette carte synthétise les 3 indicateurs suivants :

  • la circulation active du virus, basée sur la proportion de passages aux urgences pour une suspicion de COVID-19 ;
  • la tension hospitalière sur les capacités en réanimation, basée sur les taux d’occupation des lits de réanimation par des patients atteints de COVID-19, par rapport à la capacité initiale avant l’épidémie ;
  • le taux de couverture des besoins en tests estimés au 11 mai.

Le déconfinement prend une forme plus stricte dans les départements qui sont classés en rouge.  La carte sera mise à jour en fonction de l’évolution des données de suivi de l’épidémie, et non sur une fréquence quotidienne. La Normandie est actuellement classée dans tous les départements en vert.