URML Normandie

Pour une meilleure experience utilisateur
veuillez tourner votre smartphone

Diagnostic / Patients à risques
Diagnostic / Patients...
Toutes les actions

Diagnostic / Patients à risques

CORONAVIRUS
COVID-19

Le 15 janvier 2021

Diagnostic

Les symptômes principaux sont la fièvre ou la sensation de fièvre et la toux.

La perte brutale de l’odorat, sans obstruction nasale et disparition totale du goût sont également des symptômes qui ont été observés chez les malades.

Chez les personnes développant des formes plus graves, on retrouve des difficultés respiratoires, pouvant mener jusqu’à une hospitalisation en réanimation et au décès.

Le délai d’incubation est la période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes. Le délai d’incubation du coronavirus COVID-19 est de 3 à 5 jours en général, il peut toutefois s’étendre jusqu’à 14 jours. Pendant cette période, le sujet peut être contagieux : il peut être porteur du virus avant l’apparition des symptômes ou à l’apparition de signaux faibles.

INFORMATION SUR DES FORMES CLINIQUES ATYPIQUES DE COVID-19
 
Les signes cliniques les plus fréquents du Covid-19 sont ceux d’une infection respiratoire aigüe, allant de formes pauci-symptomatiques ou évoquant une pneumonie, sans ou avec signes de gravité (syndrome de détresse respiratoire aigüe, voire défaillance multi-viscérale).
 
Toutefois des formes avec symptomatologie digestive, état confusionnel, initialement non fébriles sont souvent au premier plan chez les personnes âgées.
 
Le Conseil national professionnel de gériatrie et la Société française de gériatrie et gérontologie ont confirmé la symptomatologie atypique du Covid-19 chez les sujets âgés, indépendamment des signes respiratoires plus classiques, se traduisant par des signes digestifs (notamment diarrhée), un état confusionnel ou des chutes, une fébricule avec variations de température entre hyper et hypothermie.
Par ailleurs, le Conseil national professionnel d’ORL a constaté la recrudescence d’anosmie brutale sans obstruction nasale, parfois isolée qui pourrait être en relation avec le Covid-19.

Le Conseil national professionnel d’ORL lance une étude afin de préciser les éléments de cette constatation. Il convient dans ce cadre d’être attentif aux points suivants :

  • Toujours chercher ce symptôme devant un patient suspect de Covid-19 ;
  • En présence d’une anosmie sans obstruction nasale et avec une agueusie, le diagnostic de Covid-19 est à considérer comme vraisemblable et ces patients doivent être de facto isolés ;
  • Ne pas les traiter par corticoïdes inhalés ou per os et les lavages de nez sont décommandés, ils pourraient favoriser la dissémination virale ;
  • Ce tableau clinique semble plutôt caractéristique des formes bénignes. Toutefois il semble aussi assez fréquent dans les formes graves si on recherche le symptôme.

Patients à risques

Actualisation de la liste des facteurs de risque de forme grave de Covid-19 :

Facteurs de risque de risque de forme grave pour lesquels des études ont été publiées :

  • âge ≥ 65 ans ;
  • pathologies cardio-vasculaires : hypertension artérielle (HTA) compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), antécédent d’accident vasculaire cérébral, antécédent de coronaropathie, antécédent de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • diabète non équilibré ou compliqué ;
  • pathologies respiratoires chroniques susceptibles de décompenser lors d’une infection virale : broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment ;
  • insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • obésité avec indice de masse corporelle (IMC) ≥ 30;
  • cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • Patients atteints de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins
  • Personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise
  • Personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie

Facteurs de risque définis par analogie avec d’autres infections à virus respiratoires :

  • Les femmes enceintes, au troisième trimestre de la grossesse

Dans son avis du 6 octobre 2020 le HCSP conclut :

  • que les femmes enceintes avec comorbidité(s) sont à risque de forme grave de Covid-19, quel que soit le terme de la grossesse ;
  • que les données actuelles de la littérature ne permettent pas de grader le risque de Covid-19 grave en fonction du terme de la grossesse chez une femme sans comorbidité. Il stipule toutefois que la grossesse au 3ème trimestre chez une femme sans comorbidité représente un facteur de risque théorique de Covid-19-grave par analogie avec d’autres infections respiratoires au cours desquelles la grossesse est un facteur de risque de complications (documenté) non seulement pour elle-même mais aussi pour le fœtus.

COVID-19 ET TABAC

Les fumeurs ne sont pas plus à risque d’être contaminés, toutefois ils sont plus à risque de développer des formes graves. Fumer abîme les tissus pulmonaires et les rend plus vulnérables à l’arrivée du virus. Des études ont montré que fumer augmente le risque de développer une forme sévère ou très sévère du COVID-19 de +50%, ainsi qu’un risque de décès de +133% par rapport aux non-fumeurs.

Réinfection au SARS-CoV-2

INFORMATION SUR LA RECONTAMINATION POTENTIELLE

Conformément à la définition de cas d’infection au SARS-CoV-2 (COVID-19), le risque de réinfection est considéré comme négligeable dans un délai de 2 mois après l’infection. Passé ce délai, toute personne testée positive pour le SARS-CoV-2 une seconde fois constitue une suspicion de réinfection par le SARS-CoV-2 et doit faire l’objet d’une investigation. Les définitions ci-dessous précisent les critères permettant de classer une suspicion de réinfection en cas possible, probable ou confirmé de réinfection. Pour plus d’informations sur la prise en charge de ces cas, veuillez consulter la conduite à tenir de SPF.