URML Normandie

Pour une meilleure experience utilisateur
veuillez tourner votre smartphone

Vaccination
Vaccination
Toutes les actions

Vaccination

CORONAVIRUS
COVID-19

Le 15 janvier 2021

Le premier vaccin contre le Sars-Cov-2 étant à disposition en France, et la stratégie de priorisation des populations à vacciner établie, la stratégie vaccinale a démarré. L’objectif est de vacciner 1 million de personnes d’ici fin janvier 2021.

Toutes les comorbidités n’ont pas le même poids. Le cumul de ces comorbidités est également à risque.

A ce jour, la vaccination est désormais ouverte à l’ensemble des personnes appartenant aux catégories suivantes :

  • Les personnes âgées de plus de 75 ans (à partir de lundi 18 janvier)
  • Les résidents volontaires en EHPAD et USLD, qui sont vaccinés directement dans les établissements.
  • Les personnes âgées séjournant dans les établissements de santé et en services de soins de suite et de réadaptation.
  • Les personnes âgées hébergées en résidences autonomie, résidences services et autres lieux de vie spécialisés, ainsi que dans les foyers de travailleurs migrants.
  • Les personnes en situation de handicap, vulnérables, hébergées en maisons d’accueil spécialisées et foyers d’accueils médicalisés.
  • Les professionnels de santé (et autres professionnels des établissements de santé et des établissements médico-sociaux intervenant auprès de personnes vulnérables), les aides à domicile intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables et les sapeurs-pompiers, lorsqu’ils ont plus de 50 ans ou présentent une ou plusieurs des comorbidités suivantes :
    • L’obésité (IMC>30),
    • La BPCO et l’insuffisance respiratoire,
    • L’hypertension artérielle compliquée,
    • L’insuffisance cardiaque,
    • Le diabète (de type 1 et de type 2)
    • L’insuffisance rénale chronique,
    • Les cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de 3 ans
    • Le fait d’avoir une transplantation d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
    • La trisomie 21.
  • Les personnes ayant une pathologie qui les expose à un très haut risque face à la Covid-19 disposant d’une ordonnance médicale pour se faire vacciner prioritairement.
    Les patients particulièrement vulnérables à la Covid concernés sont les suivants :
    • atteints de cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie
    • atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés
    • transplantés d’organes solides
    • transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques
    • atteints de poly-pathologies chroniques, selon le critère suivant : au moins deux insuffisances d’organes
    • atteints de certaines maladies rares (Liste)
    • atteints de trisomie 21.

Pour rappel, la vaccination n’est pas obligatoire.

La stratégie vaccinale

Phases Description
Description Phase 1 (dès livraison des premières doses disponibles)
  • 1 Les résidents d’établissements accueillant des personnes âgées et résidents en services de longs sé-jours (EHPAD, USLD …)
  • 1 Les professionnels exerçant dans les établisse-ments accueillant des personnes âgées (en premier lieu en EHPAD, USLD) présentant eux-mêmes un risque accru de forme grave/de décès(plus de 65 ans et/ou présence de comorbidité(s))
Phase 2
  • 2 Les personnes de 75 ans et plus, en commençant par les personnes les plus âgées et/ou celles pré-sentant une ou plusieurs comorbidité(s)
  • 2 Puis les personnes de 65-74 ans, en priorisant celles présentant au moins une comorbidité
  • 2 Puis les professionnels du secteur de la santé et du médico-social âgés de 50 ans ou plus et/ou présentant une ou plusieurs comorbidité(s) quel que soit leur mode d’exercice
Phase 3
  • 3 Les personnes à risque du fait de leur âge (50-65 ans) ou de leur(s) comorbidité(s) non vaccinées antérieurement
  • 3 Les professionnels des secteurs de la santé et du médico-social non vaccinés antérieurement,
  • 3 Les opérateurs/professions des secteurs «essentiels»
Phase 4
  • 4 Les personnes vulnérables et précaires (sans domicile fixe…), vivant en collectivité (prisons, établissements psychiatriques, foyers…) non vaccinées antérieurement du fait de leur âge ou comorbidité(s)
  • 4 Les professionnels prenant en charge les personnes vulnérables dont les travailleurs sociaux, non vaccinés antérieurement du fait de leur âge ou comorbidité(s)
  • 4 Les personnes vivant dans des hébergements confinés ou encore travaillant dans des lieux clos favorisant l’acquisition de l’infection (ouvriers du bâtiments, abattoirs, etc.) non vaccinées antérieurement du fait de leur âge ou comorbidité(s)
Phase 5
  • 5 Autres tranches de la population susceptibles d’être infectées (18 –50 ans) et non ciblées antérieurement

 

Contre-indications

Le vaccin est contre-indiqué chez les personnes ayant présenté une hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients du vaccin.

Il n’est pas recommandé chez des personnes ayant présenté des manifestations allergiques graves telles des réactions anaphylactiques. Il faut rechercher les situations particulières pour lesquelles la vaccination n’est pas recommandée.

Les femmes enceintes étant très faiblement représentées dans les études, les données disponibles sur l’administration du vaccin chez les femmes enceintes sont insuffisantes pour informer des risques de la vaccination pendant la grossesse.

L’administration du vaccin pendant la grossesse n’est pas conseillée sauf s’il existe un risque de forme grave particulièrement élevé identifié lors de la décision partagée. Une femme enceinte ayant reçu une 1re dose de vaccin ne doit pas recevoir une 2e dose avant la fin de la grossesse. Il est conseillé aux femmes en âge de procréer de ménager un délai de 3 mois après la 2e dose de vaccin avant d’initier une grossesse.

Il n’y a pas de données disponibles concernant le vaccin et l’allaitement maternel. Il est recommandé de ne pas vacciner pendant l’allaitement.

Concernant les patients ayant déjà eu la Covid-19, il est difficile d’évaluer le niveau d’immunité conféré par l’infection par le Sars-Cov-2. Mais les récidives documentées sont rares (moins de 10 rapportées). D’une part, il n’y a pas de données qui permettent actuellement de savoir s’il y a un bénéfice à vacciner les personnes qui ont déjà été infectées par la Covid et, si oui, quand et comment. D’autre part, les données dont on dispose avec un recul moyen de 3 mois après le début des symptômes, permettent, à ce stade, de considérer qu’il n’y a pas d’effet indésirable en cas de vaccination chez les patients ayant eu une Covid-19 symptomatique. Si la décision d’effectuer la vaccination après une Covid-19 est prise, il est recommandé d’attendre 3 mois après l’épisode aigu pour vacciner. Il est préférable de ne pas vacciner en cas de symptômes persistants de Covid-19.

Les personnes ayant un traitement immunosuppresseur et les personnes immunodéprimées hors VIH ont été exclues de l’étude. Cependant, faisant partie des personnes à risque de forme grave, la vaccination est recommandée dans ces situations. L’efficacité du vaccin peut être diminuée chez les sujets immunodéprimés. Les personnes ayant une infection VIH n’ont pas été exclues des essais mais les données de ce groupe n’ont pas été incluses dans l’analyse de l’efficacité du vaccin. Il est recommandé de proposer la vaccination aux personnes ayant une infection VIH (quel que soit le nombre de CD4).

Consentement à la vaccination

L’expression du consentement de la personne à la vaccination devra être recueillie au préalable. Elle devra être tracée dans le dossier médical du patient. Elle ne fait pas l’objet nécessairement d’une consultation pré-vaccinale.

Le consentement peut être recueilli lors de l’acte de vaccination.

La vaccination est un acte médical. Elle repose sur deux piliers :
1. Le respect des dispositions générales du code de la santé publique concernant l’information des usagers et l’expression de leur consentement ;
2. L’estimation au cas par cas des bénéfices et des risques pour le patient.

Il est indispensable d’assurer la traçabilité du recueil du consentement. L’ensemble de la procédure (consultation pré vaccinale (le cas échéant), consentement, vaccination, suivi) est inscrit dans le dossier médical du résident et retracé dans le système d’information de suivi de la vaccination (VACCIN COVID).

La vaccination contre la Covid-19 est réalisée sur prescription médicale et précédée d’une consultation pré-vaccinale réalisée par le médecin traitant ou, à défaut, en priorité par le médecin coordonnateur ou un autre médecin en cas d’indisponibilité des deux premiers.
Cette consultation peut être réalisée sur place ou, si cela n’est pas possible, à distance, en téléconsultation avec ou sans vidéotransmission.
La consultation pré-vaccinale devra être réalisée 5 jours au plus tard avant le démarrage de la vaccination afin de faire remonter le nombre de doses nécessaire.
 
 
Dans ces conditions, comment doit se concevoir le consentement, en particulier en EHPAD ?
Toute vaccination implique le consentement de la personne, qui devrait être appréhendé comme un « assentiment » délivré au cours d’un processus d’information et de recueil de la volonté en plusieurs temps et selon des modalités adaptées à la personne (oral et/ou écrit).
Pour les personnes âgées, même et surtout si l’objectif est de les protéger, il convient de s’interroger sur la part de liberté qui leur est laissée dans l’exercice de leur autonomie, dans la décision à prendre face à l’incertitude et aux risques potentiels qui y sont liés. Cela peut se traduire par leur droit à refuser à se faire vacciner. Plus généralement, la décision finale se construit par le dialogue entre la personne âgée, le médecin et les soignants.
 
La vigilance doit être particulièrement grande à l’égard des personnes qui ne sont pas en mesure de s’exprimer : dans ce cas, le choix devrait être opéré au terme d’un processus délibératif à partir de l’avis exprimé par la personne de confiance, ou en l’absence de personne de confiance, par la famille.
 
Dans le cas où la personne âgée bénéficie d’une mesure de protection juridique (tutelle à la personne, habilitation familiale judiciaire, mandat de protection future), si elle n’a pas désigné de personne de confiance, le consentement est donné par son représentant légal. Dans tous les cas, et même dans le régime de protection le plus fort, il faut veiller à faire primer la volonté de la personne dans la mesure où son état le permet et ne pas sous estimer la pression que des tiers pourraient faire peser sur des personnes vulnérables.
 

Questions en suspens

Récapitulatif des questions restant en suspens

  • niveau d’efficacité et de tolérance de la vaccination sur les populations particulières (immuno-déprimées, femmes enceintes les plus âgées…)
  • durée de l’immunité vaccinale
  • et schéma de revaccination
  • efficacité de la vaccination sur la transmission du virus
  • effets indésirables à long terme de vaccins contre la Covid-19

Stratégie vaccinale dans les EHPAD et USLD

Guide sur l’organisation de la campagne de vaccination pour la phase 1, en EHPAD et USLD

Ce guide de 45 pages est destiné aux acteurs concernés (ARS , fédérations du secteur du grand âge, fédérations hospitalières, représentants des professionnels de santé et des associations de patients).

Y sont détaillées :

puce - Vaccination la préparation de la campagne
puce - Vaccination la consultation pré-vaccinale et le recueil du consentement
puce - Vaccination les moyens nécessaires pour les séances de vaccination avec le vaccin Pfizer
puce - Vaccination l’organisation d’une séance de vaccination
puce - Vaccination la pharmacovigilance et le suivi post-vaccinal

Vaccin-Covid

Un téléservice dédié au suivi de la vaccination : « Vaccin-Covid »

Afin d’assurer la traçabilité des vaccins et des étapes de la vaccination, de la consultation pré-vaccinale aux injections du vaccin, un téléservice baptisé « Vaccin Covid » est ouvert depuis le 4 janvier 2021. Son utilisation est obligatoire pour assurer le bon déroulement et le bon suivi de la campagne de vaccination.

Ce téléservice Vaccin Covid prévoit des fonctionnalités facilitant le suivi de la vaccination :

  • la déclaration des effets indésirables éventuellement observés après l’injection du vaccin, avec le lien vers le portail des signalements des effets indésirables de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) ;
  • la possibilité de créer, enregistrer et éditer un document après chaque étape (consultation prévaccinale, première et deuxième injections). En fin de vaccination, le bilan de la vaccination peut être imprimé, signé et remis au patient à qui il servira de certificat de vaccination.

Un tutoriel de Vaccin Covid (PDF) est mis à la disposition des médecins. Il présente les écrans de ce nouveau téléservice.

Comment se connecter au téléservice Vaccin Covid ?

Vaccin Covid sera accessible par tous les médecins, soit via l’espace amelipro par carte CPS, soit directement par carte e-CPS sur le site vaccination-covid.ameli.fr (ouverture prévue le 4 janvier). La saisie des informations strictement nécessaires à la vaccination de leurs patients a été simplifiée et la majorité des champs est pré-remplie.

Il est demandé aux médecins réalisant les consultations pré-vaccinales et les vaccinations de vérifier avant le début de la campagne de vaccination qu’au moins un de ces accès est fonctionnel.

Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire de :

  • mettre à jour ses coordonnées auprès de l’Ordre des médecins ;
  • activer sa e-CPS (carte CPS sur smartphone) sur https://esante.gouv.fr/securite/e-cps (la vérification d’identité se fait à partir des coordonnées connues de l’Ordre, d’où la nécessité de les mettre à jour si besoin) ;
  • en cas d’échec, activer sa e-CPS grâce à une carte CPS en allant en parallèle sur un ordinateur avec lecteur de carte CPS. Explications et tutoriel disponibles sur https://esante.gouv.fr/securite/e-cps.

En cas de difficultés, les médecins peuvent également contacter le support téléphonique des cartes CPS : 0 825 852 000 (0,06 euros / min).

Les conseillers informatique service (CIS) de l’Assurance Maladie contactent actuellement les Ehpad et les USLD pour vérifier leurs accès au téléservice Vaccin Covid par carte CPS ou e-CPS.

Pour toute question concernant la facturation, l’utilisation d’amelipro ou tout autre sujet administratif ou médical, le professionnel de santé peut contacter l’Assurance Maladie au 3608 (service gratuit + prix de l’appel).